icône
Panier d'achat

Livraison gratuite pour toute commande supérieure à 150€.

Boutique
Engagements

Livraison gratuite pour toute commande supérieure à 150€.

Recherche Aide Compte

Un guide sur l'impact de nos fibres

Coton biologique


Origine : Brésil, Inde, Egypte
Certificats : GOTS, Oeko-Tex,
OCS 100

 

  • Le coton est une fibre naturelle issue de graines.

  • Le coton est la matière naturelle la plus utilisée aujourd'hui dans la production de vêtements. Il est durable, respirant, absorbant et doux. Le coton est idéal pour la teinture et l'impression. Il est également biodégradable et hypoallergénique.

 

  • Presque tout le coton est cultivé en rotation, mais le coton conventionnel a généralement un impact plus important sur l'environnement. Il nécessite une grande quantité d'eau et épuise le sol. Pour augmenter la production, des pesticides et des engrais nocifs sont utilisés, ce qui pollue les sols et les eaux.
  • Baserange ne s'approvisionne qu'en coton biologique, car nous voulons nous assurer qu'aucun produit chimique nocif n'est utilisé dans l'ensemble du processus de production, que la consommation d'eau est contrôlée et que les droits des travailleurs sont préservés. 

  • L'agriculture biologique utilise des techniques agronomiques, biologiques et mécaniques plutôt que des méthodes synthétiques

 

  • La plupart du coton biologique que nous utilisons est également aCitron Vertnté par la pluie et ne nécessite pas beaucoup d'irrigation. En outre, les exploitations biologiques abritent généralement davantage d'espèces végétales et animales. 

  • Il y a également beaucoup de coton certifié biologique qui ne l'est pas vraiment, car il est mélangé à du coton conventionnel. Les déclarations de fibres de coton biologique ne sont pas toujours vérifiées. En effet, la demande de coton biologique est importante, mais les rendements ne sont pas aussi élevés que dans les exploitations de coton conventionnel et les sécheresses sont de plus en plus fréquentes.

  • Achetez nos produits en coton.


Lyocell de bambou


Certificats : FSC

 

  • Le lyocell est une fibre artificielle composée de cellulose naturelle régénérée.

  • Le processus de filage de la fibre lyocell est une technologie verte qui permet d'éviter l'utilisation de produits chimiques toxiques et les réactions chimiques, et réduit considérablement les émissions dans l'air et dans l'eau.

  • Le lyocell est fabriqué à partir de pâte de bois récoltée dans des exploitations forestières certifiées FSC (Conseil de Soutien de la Forêt), gérées de manière durable et traçables. Ces exploitations ont été établies sur des terres qui ne conviennent pas aux cultures vivrières ou aux pâturages.

  • Le lyocell est fabriqué à partir d'eucalyptus ou de bambou qui ne nécessitent ni irrigation ni pesticides et poussent rapidement.

  • La production de fibres de lyocell est elle-même plus respectueuse de l'environnement que la production de coton en raison de son processus en boucle fermée. Ainsi, jusqu'à 99 % de l'eau et des solvants utilisés sont recyclés et réutilisés.

  • L'oxyde d'amine est un des solvants utilisés dans la production.

  • Les émissions de cette production sont nettement inférieures à celles de nombreux autres processus de fabrication de fibres par l'Homme.

  • Le processus en circuit fermé utilisé pour fabriquer la fibre Lyocell ne nécessite pas de décoloration, étape courante dans la production d'autres tissus.

  • La cellule marine est une fibre similaire fabriquée à partir d'algues marines. Elle est réputée posséder des vertus thérapeutiques.

  • La fibre Lyocell est plus résistante que la viscose, qu'elle soit sèche ou humide.

 



Viscose de bambou


Origine : Chine Chine
Certificats : Oeko-Tex, FSC

 

  • La viscose est une fibre artificielle composée de cellulose naturelle régénérée.

  • La cellulose que nous utilisons provient du bambou ou de l'aloe vera.

  • Le bambou de Baserange vient de plantations certifiées FSC (Conseil de Soutien de la Forêt). Aucun produit chimique n'est utilisé dans les plantations.

  • Les fils sont certifiés Oeko-tex, ce qui signifie que le processus de production est approuvé comme étant écologiquement et socialement responsable.

+

  • L'avantage du bambou est qu'il pousse rapidement, jusqu'à trente centimètres par jour. Il peut survivre avec de l'eau de pluie comme seule source de nourriture. Il ne nécessite pas d'engrais ni de pesticides.

  • Le bambou n'utilise qu'un tiers de l'eau consommée par le coton.

  • Comme il est 100 % cellulosique, il est biodégradable dans la nature. La fibre de bambou se décompose sans causer de pollution.

  • C'est une fibre respirante, chaude et extensible.

  • Elle contribue également à la réduction du C02 pendant la phase de croissance en agissant comme un puits de carbone. Le bambou peut stocker jusqu'à cinq fois la quantité de carbone stockée par le pin.

-

  • Le traitement de la viscose de bambou nécessite des produits chimiques nocifs pour dissoudre la plante et la transformer en une pâte qui peut être filée en fibres textiles.

  • La culture du bambou doit être très réglementée afin de s'assurer que les cultivateurs n'ajoutent pas d'engrais et/ou de pesticides pour augmenter les rendements.

  • Acheter nos produits en viscose de bambou.

Soie


Origine : Chine Chine
Certificats : Oeko-Tex

 

  • La soie provenant de vers à soie domestiqués (mûriers) est une fibre solide et naturellement organique. C'est la première fibre utilisée pour fabriquer du tissu.

  • Régule la température du bodys et est ignifuge.
  • Il sèche huit fois plus vite que le coton, n'utilise pas de pesticides et a moins d'impact sur la terre, l'eau et l'air.

  • Riche en protéines et en acides aminés, la soie est bénéfique pour la peau et les cheveux. Elle contribue même à l'hydratation de la peau et des cheveux. La soie est également hypoallergénique et antibactérienne.

  • Les sous-produits de la production de soie sont également utilisés, les chrysalides étant consommées par l'homme ou utilisées comme aCitron Vertnts pour le bétail, et la séricine étant utilisée en cosmétique et en médecine.
  • Notre soie provient de fermes situées en Chine, où est produite la majeure partie de la soie mondiale. Notre fournisseur de tissus entretient des relations à long terme avec ces fermes et les visite régulièrement.

  • Les mûriers cultivés pour nourrir les vers à soie séquestrent le carbone de l'atmosphère.

  • La sériciculture ou industrie de la soie emploie des travailleurs issus des populations rurales.

  • Découvrez nos produits en soie.


Soie sauvage


Origine : Chine Chine
Certificats : Oeko-Tex

 

  • La soie sauvage provient des vers à soie. Comme le nom du tissu l'indique, les vers à soie vivent à l'état sauvage. Les vers à soie sauvages se nourrissent et vivent dans les arbres.

  • La soie sauvage est beaucoup plus texturée que la soie ordinaire.

  • En raison de la longueur réduite de ses fibres, la soie sauvage est plus comparable à la laine.

  • Elle présente les mêmes caractéristiques positives que la soie (voir ci-dessus).

  • Le processus de fabrication de la soie sauvage est également qualifiée de « non-violente », car la soie est traitée sans tuer le ver à soie. Pendant environ 30 jours, le ver à soie grandit et mange les feuilles des arbres jusqu'à ce qu'il atteigne sa taille définitive. Il commence alors à filer son cocon, ce qui prend encore 15 jours. Une fois que le papillon a quitté son cocon, la soie est récoltée et transformée en fil.

  • Découvrez nos produits Wild Silk.


Lin


Origine : France
Certificats : Oeko-Tex

 

  • Le lin est une fibre libérienne.

  • Le lin que nous utilisons provient de France et de Belgique, à proximité des usines de tissus et de vêtements avec lesquelles nous travaillons.

  • Le lin ne nécessite pas d'irrigation et peut même être cultivé dans des sols pauvres où la culture vivrière serait impossible. Il n'a besoin d'aucun produit chimique pour croître ou pour être transformé en fil destiné au textile.

  • Un hectare de lin absorbe plus de 3,7 tonnes de dioxyde de carbone et le stocke dans le sol grâce à son important système racinaire.

  • Le lin est cultivé en rotation, ce qui permet de nourrir le sol pour d'autres cultures. Il est également sans OGM.

  • Tissu respirant, le lin est résistant et absorbant. Il est plus durable et sèche plus rapidement que le coton. Ses propriétés naturellement rafraîchissantes en font une option intéressante pour les vêtements d'été et les superpositions.
  • La production de lin ne génère pratiquement aucun déchet, car les racines du lin sont si longues qu'elles sont utilisées presque entièrement, et les restes, comme la poussière de lin, peuvent être utilisés pour l'isolation des murs. Les graines peuvent fournir de l'huile pour les teintures, les peintures, les cosmétiques et les revêtements de sol. Les sous-produits du lin peuvent être transformés en une pâte utilisée dans la réalisation des billets de banque ou de panneaux de fibres.

  • Le lin s’améliore et s'assouplit avec l'âge. Le lin étant réputé s'améliorer et s'assouplir avec l'âge et au fil des lavages, posséder et entretenir un vêtement en lin pendant longtemps est très appréciable.

  • Ses fibres sont plus courtes que celles de la soie et le tissu est plus rugueux, mais pas brillant.
  • Découvrez nos produits de Lin.


Laine


Origine : Australie, Autriche
Certificats : Oeko-tex 100, Woolmark, SustainaWOOL

 

  • La laine provient des moutons et des chèvres.

  • Le processus de production de la laine commence par la tonte des moutons, après quoi les impuretés sont éliminées. La laine est ensuite séparée en différentes catégories de qualité en fonction du diamètre, de la longueur et de la couleur des fibres.

  • La laine régule la température de Culotte Bell Élastique et est respirante.

  • Le tissu est biodégradable et provient d'une source renouvelable.

  • La laine est souvent considérée comme le tissu technique naturel, sans utilisation de substances synthétiques, car elle absorbe également l'humidité sans donner de sensation d'humidité ou de froid, elle est antibactérienne et a des propriétés anti-odeurs.

  • Les sertissages naturels de la laine permettent au tissu de bien conserver sa forme et de supporter l’étirement.

  • La laine est résistante à l’électricité statique, hypoallergénique et résistante au feu.

  • Acheter nos produits en laine


Chanvre


Origine : Belgique, France

 

  • Le chanvre est une fibre libérienne, une fibre végétale contenue dans le liber de plusieurs plantes (souvent dans la tige).

  • Le chanvre a besoin de peu d'aide pour prospérer, et sa culture peut être en grande partie réalisée avec les précipitations naturelles, sans irrigation.

  • Le chanvre est cultivé en rotation, nourrissant le sol pour d'autres cultures. Pendant sa croissance, il réapprovisionne le sol en azote et en autres nutriments, tout en éliminant des produits chimiques toxiques. Le chanvre a été intentionnellement cultivé sur le site radioactif de Tchernobyl pour éliminer les toxines et les polluants des sols.

  • Un arbre moyen met environ dix ans pour arriver à maturité, tandis que le chanvre peut être prêt à être récolté en à peine trois mois. Les plants de chanvre industriel absorbent plus de dioxyde de carbone que les arbres et le stockent dans le sol grâce à leur système racinaire.

  • Pour la production de chanvre, les herbicides ne sont pas nécessaires. Le chanvre réduit naturellement la présence de ravageurs, donc aucun pesticide n'est nécessaire non plus. Il restitue 60 à 70 % des nutriments qu'il prélève du sol.

  • En ce qui concerne la transformation, le coton utilise environ quatre fois plus d'eau que le chanvre. Le chanvre peut produire plus de deux fois la quantité de rendement de fibres par hectare par rapport au coton.

  • Rien n'est gaspillé dans la production de chanvre : les graines sont utilisées pour fabriquer de l'huile et des compléments alimentaires, tandis que les tiges sont utilisées pour les fibres.

  • La fibre est naturellement résistante aux UV et absorbante, et est également connue pour ses qualités antibactériennes, anti-moisissures et isolantes.

  • Acheter nos produits à base de chanvre


Viscose Ecovero


Origine : Autriche
Certifications : Ecolabel européen, FSC, PEFC

 

  • Nous utilisons la viscose Ecovero™.

  • Le blanchiment est réalisé sans chlore.

  • Les fibres de bois sont entièrement traçables jusqu'à leurs forêts d'origine gérées de manière durable en Europe.

  • 60% des arbres utilisés proviennent d'Autriche et de Bavière, où le tissu est également produit.

  • Presque tous les produits chimiques utilisés pendant la production sont récupérés et réutilisés. 

  • L'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, de la production à l'élimination, a un faible impact environnemental, certifié par l'EU Ecolabel.

  • La production nécessite jusqu'à 50% moins d'eau et 50% moins d'émissions de CO2 que la viscose générique.

  • Acheter nos produits Viscose Ecovero


Tissus recyclés


Origine : France, Portugal
Certifications : GRS, Oeko-tex

 

  • Le processus de fabrication des tissus recyclés commence par le tri de la matière entre les vêtements qui peuvent être réutilisés et ceux qui sont trop abîmés pour être réutilisés, et qui sont donc recyclés. Les vêtements sont ensuite triés en fonction de leur contenu en fibres et de leur couleur. Il s'agit d'un processus à forte intensité de main-d'œuvre, ce qui explique que seul moins de 1 % des vêtements finissent par être recyclés en nouveaux matériaux.

  • La fabrication de tissus recyclés consomme moins d'énergie, de colorants et d'eau que celle de matériaux vierges. 

  • Elle permet également de réduire la quantité de tissus mis en décharge et de maintenir les matériaux en circulation plus longtemps.

  • Le coton recyclé est fabriqué à partir de textiles de pré-consommation tels que les chutes de coton, les chutes d'usine ou les stocks dormants issus de la production de tissus de coton vierge. Du coton recyclé est souvent associé au coton vierge pour améliorer la qualité du tissu fini, car le coton recyclé est souvent moins résistant.

  • Les fils de laine recyclée sont plus courts et se cassent plus facilement pendant la production. Nous combinons la laine recyclée avec d'autres fibres, comme le polyamide, pour rendre le tissu plus durable et réduire les déchets de production.

  • La laine est la fibre la plus recyclée et a été la première fibre à l'être : on recycle la laine depuis le 19e siècle.

  • La laine a une durée de vie d'au moins 30 ans et être recyclée au minimum deux fois.

  • Le recyclage de la laine permet de réduire les émissions de méthane des moutons, l'utilisation des sols et la pollution de l'eau due au lavage de la laine.

  • La laine que nous utilisons est recyclée dans un système en boucle fermée, ce qui signifie que les fibres sont transformées en fil pour créer de nouveaux produits d'une qualité et d'une utilisation similaires à l'original.

  • La laine recyclée permet d'économiser 11 kg de CO2 et 500 litres d'eau par kilo par rapport à la laine vierge. 

  • Le polyamide recyclé possède toutes les qualités du polyamide vierge avec un impact environnemental réduit.

  • Acheter nos produits recyclés.


Cachemire recyclé



Origine : Chine
Certifications : Oeko-tex

  • Provient des chèvres de Kashmir, en Inde.
     

  • Elles vivent à l'état sauvage avec des bergers.

  • La quantité et la qualité du cachemire dépendent grandement de l'environnement, influencées par les températures et l'alimentation des chèvres

  • Elles possèdent deux couches de poils, dont la plus interne est douce et fine. Celle-ci ne constitue qu'une petite partie de la toison totale et se détache naturellement au printemps, lors de la récolte.

  • Lorsqu'elles broutent, les chèvres arrachent l'herbe jusqu'à la racine, empêchant ainsi sa régénération. Les méthodes de pâturage traditionnelles prenaient cela en compte en favorisant la présence de moutons plutôt que de chèvres pour éviter la dégradation des sols.

  • Nous utilisons du cachemire recyclé pour minimiser l'impact négatif des chèvres cachemire et de la production de cachemire sur l'environnement.  

  • En privilégiant le cachemire recyclé, nous contribuons à réduire les émissions de méthane des chèvres, la dégradation des terres et la pollution de l'eau résultant du lavage du cachemire.
     
     

  • Le cachemire recyclé consomme moins d'énergie, de teinture et d'eau que le cachemire vierge. Cette démarche réduit également la quantité de déchets textiles et prolonge la durée de vie des matériaux en les réutilisant.  

  • Le cachemire est un tissu durable et résistant qui conserve bien sa forme et résiste aux plis. Il est également plus chaud que la laine. 

  • Le tissu peut être facilement teint.

Acheter nos produits en cachemire recyclé

 


Modal


Origine : Autriche
Certifications : Ecolabel européen, FSC, PEFC

 

  • Le modal est une fibre de rayonne connue pour sa durabilité et sa flexibilité.

  • Nous n'utilisons que du Modal de Lenzing, fabriqué selon un processus qui récupère et réutilise les sous-produits.

  • Les fibres de bois sont entièrement traçables jusqu'à leurs forêts d'origine gérées de manière durable.

  • Le modal est fabriqué à partir de pulpe de hêtre qui ne nécessite pas d'irrigation.

  • Le tissu est biodégradable. Il est fabriqué en filant la cellulose d'arbres et en la trempant dans de l'hydroxyde de sodium.

  • La production de modal nécessite 10 à 20 fois moins d'eau que celle du coton et utilise moins de produits chimiques que la viscose conventionnelle.

  • Le tissu résiste également au boulochage, ne rétrécit pas et ne se froisse pas. Il se renforce lorsqu'il est mouillé et ne perd pas sa forme.

  • Le micro modal est une version plus légère, plus douce et plus fine du modal classique.

  • Le tissu est biodégradable.


Tissu en stock

  • Les stocks de tissus dormants sont également connus sous le nom de déchets de préconsommation ou de déchets post-industriels.

  • Il s'agit de la matière restante après la production des collections.

  • Nous disposons de petites quantités de tissus dormants que nous utilisons pour créer de nouvelles pièces uniques. Comme les quantités sont faibles, ces pièces ne peuvent généralement être proposées qu'en petits lots.

  • Les tissus en stock sont constitués des restes de coupe et des morceaux issus des rouleaux de nos tissus les plus utilisés. Nous démontons également des échantillons, les retravaillons et les reteignons pour créer de nouvelles pièces.

  • Nous demandons aux usines quelles sont les quantités de tissu et nous voyons ce que nous pouvons produire à partir de ces quantités. 

  • Il y a toujours 10 à 30 % du tissu qui est coupé et jeté au cours du processus de coupe. Ces restes ne sont pas endommagés, mais sont trop petits pour une production à grande échelle. 

  • La pratique de l'utilisation des stocks dormants permet d'éviter que le tissu ne finisse dans les décharges.

  • Elle réduit l'impact sur l'environnement en choisissant d'utiliser des matériaux dormants au lieu de matériaux vierges.

  • Si le stock dormant est un véritable excédent et non un tissu délibérément surproduit, son utilisation est une pratique durable.



Tissus régénératifs


Origine : Australie
Certifications : Oeko-tex

  • L'agriculture régénératrice consiste à travailler avec la nature pour restaurer les sols dégradés à l'aide d'un système en boucle fermée.  

  • Pour ce faire, diverses méthodes sont utilisées, notamment ne jamais laisser la terre exposée en utilisant des cultures de couverture, effectuer une rotation des cultures pour introduire des nutriments dans le sol, un faible labourage du sol, comme le creusement du sol pour stocker davantage de dioxyde de carbone, l'utilisation de compost, l'intégration du bétail et la culture intercalaire en plantant différentes cultures l'une à côté de l'autre. L'agroforesterie et la sylvopasture sont également des techniques pratiques utilisées dans le cadre de l'agriculture régénératrice, qui consistent à introduire des arbres et des animaux de pâturage dans l'exploitation.

  • Les pratiques mises en œuvre dépendent du climat, de l'écosystème local et des ressources naturelles.épendent du climat, de l'écosystème local et des ressources naturelles. Il n'y a pas de pratiques fixes, il s'agit plutôt d'adopter des principes agricoles holistiques qui améliorent la santé des sols.

  • L'agriculture régénératrice est bénéfique d'un point de vue environnemental, économique et social.

  • Elle accroît la biodiversité, rend les sols plus résistants aux inondations et à la sécheresse, permet d'obtenir de meilleurs rendements, améliore l'habitat de la faune et reçoit des investissements de la part des marques, ce qui permet aux agriculteurs de bénéficier d'un soutien pour mettre en œuvre ces pratiques.  

  • L'agriculture régénératrice améliore également la propreté de l'eau et réduit la pollution,
    , car aucun pesticide n'est utilisé. L'augmentation des niveaux de nutriments dans le sol permet également de stocker davantage de dioxyde de carbone.
     

  • Actuellement, nous n'utilisons que du coton labellisé régénératif. 

Acheter nos produits Regenerative Fabrics




Carte d'origine des fibres



Usine ; Turquie

Fiche d'information sur la Turquie


• Gérée par une famille et établie en 1949.

• Peut fournir des certificats GOTs, OCS, Oeko-Tex, Sedex et BCI.

• Utilise un processus de teinture naturelle grâce à des pigments d'origine végétale.

• Collecte et utilise l'eau de pluie du toit de l'usine dans le processus de teinture.

• Réduit l'utilisation de l'eau souterraine.

• Utilise des encres à base d'eau pour l'impression.

• Favorise les fibres cultivées dans un sol sain afin de réduire l'utilisation de pesticides.

• Élabore son propre manuel de normes éthiques.

Utilisation des fibres
Coton biologique (Brésil), modal (Belgique), soie (Chine) & laine mérinos (Australie).



Mon mari et moi travaillons ensemble depuis maintenant 35 ans. Nous sommes les seuls producteurs de soie en Turquie, ce qui signifie que nous avons tout appris par nous-mêmes et enseignons à notre tour aux personnes qui travaillent pour nous. Nous n'avons personne à qui poser des questions. C'est un travail difficile, et nous devons donner 100 % de nous-mêmes, mais nous le faisons par amour, car nous sommes une famille.

Le père de mon mari a commencé à travailler la soie en 1949, à une époque où tout était fait à la main. À l'époque, il tissait des tissus pour les agriculteurs locaux. Aujourd'hui, l'usine est un phare dans notre communauté. Nous connaissons la plupart des gens de la ville, et ils nous reconnaissent, moi, mon mari et nos enfants. Nous nous sentons responsables des générations plus jeunes. Nous organisons différentes activités pour éduquer les enfants des écoles aux textiles, et certains d'entre eux qui ont passé du temps avec nous pendant leur scolarité reviendront éventuellement travailler ici..

 

Tugba Mert, Ödemiş, Turquie


Introduction

Nous sommes dans le sud-ouest de la Turquie, en Anatolie. C'est rural, méditerranéen ; Blandine dit que cela ressemble à un village français. Cette région est l'un des plus grands fournisseurs de lait du pays. Le sol est riche et noir, et de nombreuses personnes cultivent des légumes ou élèvent des animaux ici. Mes grands-parents étaient agriculteurs. Mais un grand-père, le père de mon père, avait un handicap aux jambes et ne pouvait pas faire de travail agricole. Il a donc appris à tisser la soie par lui-même. Il avait une très bonne réputation de tisserand, talentueux, et mon père a tout appris de lui.

Ça a toujours été la vision de mon père de travailler uniquement avec des fibres naturelles. Lorsque mes parents ont créé l'usine en 1984, ils l'ont construite à partir de rien, en apprenant de leurs essais et de leurs erreurs. Souvent, quand j'étais enfant, ils étaient au travail. Ma mère a appris à teindre les tissus. Dans les années 1990 il y avait d'autres usines de soie en Turquie, mais après l'entrée de la Chine sur le marché, toutes les usines ont arrêté de travailler la soie car elles ne pouvaient pas rivaliser. Elles se sont tournées vers la viscose, le polyester, mais mon père est resté fidèle à la soie et au lin. Il est resté fidèle à son concept. L'usine de mes parents a beaucoup lutté à cette époque, mais aujourd'hui, nous sommes la seule usine de production de tissu en fibres naturelles de Turquie.

Entreprise familiale

Après les années 2000, mon frère a suivi une formation en ingénierie textile et nous avons commencé à développer l'entreprise. Nous avons participé à des expositions internationales et avons trouvé des clients en Europe. Je m'occupe de la production de vêtements, mon frère est responsable de la gestion de l'usine et de notre chaîne d'approvisionnement en termes de fils et de fibres, il s'occupe également de la teinture quotidienne. La femme de mon frère travaille avec nous dans les ventes ; mon mari a commencé ici en tant qu'ingénieur et s'occupe de la planification. Depuis la crise du covid, mes parents viennent moins souvent dans l'entreprise, mais ils nous soutiennent toujours en termes de projets futurs et d'investissements. Aujourd'hui, 80 % de notre activité est la production de tissus, vendus aux usines de vêtements. Le reste est la production de vêtements, avec des clients comme Baserange avec qui nous travaillons depuis 2012.

La durabilité n'est pas quelque chose de nouveau pour nous. C'est comme cela que nous avons toujours travaillé et que nous travaillons toujours. Nous avons toujours travaillé avec des fibres naturelles. Après 2015, nous avons obtenu la certification "étoile d'or" biologique pour notre usine, et cela nous aide. Nous avons une station de traitement des eaux dans notre installation ; après utilisation, l'eau redevient propre. Elle peut être utilisée dans une ferme, c'est aussi propre que cela. Nous avons également un filtre à gaz dans notre usine. Nous nettoyons le gaz avant qu'il ne sorte dans l'air. Nous avons des audits—quatre fois par an, par des personnes qui viennent vérifier si le filtre à gaz et le traitement de l'eau fonctionnent correctement.

Lorsque Baserange vient nous rendre visite, nous leur montrons nos nouvelles collections, tout ce que nous avons à offrir. Nous parlons de notre environnement, de la vie de nos travailleurs. Nous avons des travailleurs qui sont là depuis cinq, sept, dix ans ; ils aiment passer du temps avec eux. Nous avons une relation de confiance étroite, et durable.

Matériaux et chaîne d'approvisionnement

Nous n'achetons pas de matières premières dans des lieux que nous ne connaissons pas. Nous voulons connaître leurs certifications et l'origine de leur approvisionnement. Nous développons une coopération à long terme avec tous nos fournisseurs, et nous vérifions souvent leurs certifications. Nous n'avons jamais utilisé de polyester ou de tissus artificiels. Nous utilisons toujours de la soie ou du lin que vous pouvez porter aussi longtemps que vous le souhaitez. Les fibres sont compostables. Et par rapport au polyester ou à d'autres, elles nécessitent moins d'eau. Le coton que nous utilisons est uniquement biologique; il a une empreinte carbone plus faible.

Notre lin est cultivé en Belgique, mais la Chine le transforme en fil, donc nous importons principalement du lin de Chine. Nous importons également certaines fibres, comme le chanvre et les mélanges de coton, nous obtenons des fibres d'Europe et des fils mélangés en Turquie aussi. Nous essayons de trouver des fournisseurs proches en termes de chanvre biologique et de coton biologique, de compositions différentes. Si nous le pouvons, nous le trouvons à proximité, c'est plus rapide et plus facile. Pour certains matériaux, nous n'avons toujours pas la possibilité de les obtenir en Turquie. C'est une industrie en développement.




Prochaines étapes

Nous souhaitons installer des panneaux solaires sur nos toits, qui sont très grands, et produiront plus d'électricité que nécessaire. (L'énergie excédentaire pourra être revendue pour alimenter d'autres bâtiments et maisons de la région.)

Nous commençons à travailler davantage avec le chanvre, qui est de plus en plus apprécié depuis quelques temps. Il ressemble au lin, mais il est plus durable que le lin. Je sais que Marie et Blandine sont intéressées - je viens de leur envoyer des échantillons - peut-être pour des jerseys dans les saisons à venir.

La pandémie a rendu plus difficile la recherche de matières premières sur le marché, et les prix du coton, par exemple, ont beaucoup augmenté le mois dernier. Les usines ont moins produit pendant la crise du Covid, et la demande ensuite a augmenté, cela se stabilisera plus tard, je pense.

Dans l'intervalle, il semble que la pandémie a poussé les gens à réfléchir davantage à la durabilité - à s'éloigner de la mode rapide. Faire les choses correctement crée de la valeur pour tout le monde, du fournisseur de fil à l'utilisateur.


Ödemiş

Aysun


Sezer

Yuksel & Rahime


Gulten Mert

 

 

Gulten Mert, portant ses cahiers d'échantillons et la robe Ole.


J'ai commencé à travailler avec les couleurs et les tissus en 1984, lorsque j'ai épousé le père de Tugba. C'était l'entreprise de son propre père, il en avait hérité à sa mort en 1981. Quelques années plus tard, nous nous sommes mariés et avons commencé à travailler ensemble. À l'époque, nous ne travaillions qu'avec la soie ; ce n'est qu'au cours des années 90 que nous avons incorporé le lin et la laine, mais même alors, nous n'utilisions que des fibres naturelles. Au début, nous opérions depuis notre domicile, utilisant quatre ou cinq vieilles machines pour produire de petites quantités pour le marché local. Nous avons économisé et avons finalement acheté le terrain où nous sommes assis maintenant, et avons commencé à construire l'usine en 1988.

Ma spécialisation est le travail avec la couleur. Mes préférées sont les tons prune et moutarde, ainsi que les palettes naturelles de beige et d'écru. J'ai un système pour jouer et expérimenter avec la couleur, et je m'appuie sur ma propre vision. La création de la couleur a à voir avec la façon dont vous percevez le monde, comment vous l'évaluez ou l'interrogez. Je vis et vois le monde lorsque je regarde mes couleurs et lorsque j'expérimente avec elles.

Mon mari et moi travaillons ensemble depuis maintenant 35 ans. Nous sommes les seuls producteurs intégrés de soie en Turquie, ce qui signifie que nous avons dû tout apprendre par nous-mêmes et enseigner à notre tour aux personnes qui travaillent pour nous. Nous n'avons personne à qui poser des questions. C'est un travail difficile, et nous devons donner 100 % de nous-mêmes, mais nous le faisons par amour, car nous sommes une famille.

Le père de mon mari a commencé à travailler la soie en 1949, à une époque où tout se faisait à la main. À l'époque, il tissait des étoffes pour les agriculteurs locaux. Aujourd'hui, l'usine est un point de repère dans notre communauté. Nous connaissons la plupart des habitants de la ville et ils nous reconnaissent, mon mari et moi, ainsi que nos enfants. Nous nous sentons responsables des jeunes générations. Nous organisons différentes activités pour enseigner le textile aux écoliers, et certains des enfants qui ont passé du temps avec nous lorsqu'ils étaient à l'école reviendront un jour travailler ici.

Nous nous sentons responsables de la contribution et de l'autonomisation de notre communauté. Cet endroit nous donne l'occasion de rendre la pareille aux habitants de notre ville. La communauté est aussi soudée qu'une famille. Les enfants de la région sont mes enfants. Nous ne sommes pas seulement des employeurs et des employés. Nous collaborons et avons des modes de vie similaires, et nous travaillons tous ensemble pour nous améliorer. Nous mangeons dans la même cuisine, avec la même nourriture, et nous célébrons les anniversaires des uns et des autres. Nous sommes une famille.



Usine ; Portugal

Fiche d'information sur le Portugal


• Nous travaillons et visitons régulièrement un groupe d'usines et de tricoteuses dans la région de Porto.

• L'une des usines fait partie de l'Exchange Ethical Data (SEDEX).

Utilisation des fibres
Lin (Belgique), soie (Chine), laine jaune (Mongolie), laine mérinos (France) et cachemire (Népal).



Je suis ici avec Fatima, responsable de l'usine Pereira. Quand Fatima et moi avons grandi, le Portugal était très pauvre et nous devions tous apprendre à fabriquer nos propres vêtements. Nous apprenions après l'école comment coudre ; si nous voulions aller à une fête, nous devions fabriquer notre propre robe. Je pense que les femmes ont de vrais sentiments pour les vêtements, elles sont les principales consommatrices, elles comprennent ce qui est confortable, ce qui est agréable et ce qui ne l'est pas. Parfois, le polyester est désagréable, ou a une odeur, par exemple.

Il y a de plus en plus de femmes qui travaillent sur les machines dans les usines, et il y a de plus en plus de femmes dans toutes les parties de l'entreprise maintenant. La mentalité est différente.

 

Maria do Céu Pinheiro, Porto


Débora Ramos

L'agence est une entreprise familiale. Depuis que je suis petite, j'ai plus ou moins été dans l'entreprise. Même après l'école, je venais au bureau et j'aidais avec les fiches de qualité, donc j'ai pratiquement grandi ici dans l'entreprise. Ma mère et moi, nous travaillons en étroite collaboration avec les usines locales et les clients, pour communiquer les plans et résoudre tout problème qui pourrait survenir pendant la production.

Maria : Dans le domaine du textile, chaque jour, nous avons des défis ou de petits problèmes à résoudre. Blandine a travaillé avec moi quand elle était chez Surface to Air sur de nombreuses collections, de nombreux produits. Nous avons fabriqué des jeans, des t-shirts, des vêtements d'extérieur, des sacs, des chaussures — c'était une production importante. Elle est très travailleuse et très précise. Après son départ, elle est venue me voir et m'a dit, Maria, j'aimerais fabriquer des sous-vêtements pour un projet nouveau sur lequel je travaille, Baserange. Quand vous lancez une marque dans ce domaine, vous devez essayer de vous définir. Elle avait déjà travaillé pour une marque qui était assez dure, exigente. Maintenant, elle dirige sa propre entreprise, donc c'est différent. Maintenant, c'est très fluide.

Je suis dans ce secteur depuis 21 ans. Et je dirai qu'aujourd'hui, il est plus facile de travailler avec des entrepreneurs qu'il y a 20 ans, 10 ans. La manière de travailler a changé. Il y a plus d'une décennie, nous ne parlions pas encore de durabilité comme nous le faisons maintenant.




Changements au Portugal

Maria : Il y a trente ou quarante ans, au Portugal, nous avions de très grandes usines avec des centaines de personnes à l'intérieur, principalement dirigées par des hommes. Il y a environ 25 ans, lorsque les grands fournisseurs sont allés en Inde et en Chine, bon nombre de ces usines au Portugal ont fermé. Celles qui sont restées se sont adaptées pour produire des quantités plus petites, avec un nombre de travailleurs réduit.

Aujourd'hui, en tant qu'agence, nous travaillons avec des dizaines d'entrepreneurs, certains réalisant de très grosses commandes, d'autres de très petites commandes. Nous travaillons avec Baserange, mais aussi avec des clients couture, nous travaillons avec des entreprises qui ont besoin de deux mille pièces, comme avec des clients qui ont besoin de cent pièces.

Débora : Dans le passé au Portugal, les usines produisaient de grandes quantités, mais maintenant nous sommes davantage spécialisés dans la qualité et aussi dans la réalisation de petites quantités. Nous voyons arriver des marques plus axées sur la durabilité, des personnes qui veulent être sûrsque leurs produits sont fabriqués de manière équitable, par une main-d'œuvre traitée équitablement, et que, par exemple, les teintures ne retournent pas dans la rivière.

Au début des années 2000, il s'agissait surtout de respecter les délais de production pour la participation des marques aux salon professionnels. Les gens nous passaient les commandes très tard et voulaient leurs livraisons à des dates spécifiques, et nous nous précipitions pour respecter ces délais. Je pense que maintenant, les gens travaillent avec plus de calme. Ils disent "oh, vous avez trois mois pour faire cela, donc quelles sont les délais dont vous avez besoin ?" Je travaillais 12 heures par jour ; maintenant je travaille huit heures, des journées standards.

Relations avec les petites entreprises

Maria : Pereira est l'une des petites usines avec lesquelles Baserange travaille depuis de nombreuses années, une entreprise familiale. Le mari de Fatima a créé l'entreprise, puis elle l'a reprise et sa fille l'a rejointe. Beaucoup des tissus que Baserange utilise pour les pièces ici sont très fins et ne sont pas faciles à travailler avec les machines. Ils peuvent s'envoler dans la machine, par exemple, mais Fatima s'adapte en créant de petits outils en métal pour que nous puissions réaliser un ourlet joli et droit, et nous assurer qu'il est cousu correctement. Imaginez, par exemple, que vous vouliez faire un ourlet sur un soutien-gorge à 0,3 mm du bord, alors elle créera un adaptateur métallique pour s'assurer qu'il est précis.

Débora : Replica, une autre usine, fait davantage de vêtements d'intérieur, des pièces plus lourdes, des pulls, des grandes robes. Marie m'envoie les nouvelles couleurs et tissus ainsi que les fiches techniques et nous commençons à assembler le vêtement pour validation. Ici, la plupart des tissus sont fabriqués par des machines, donc parfois nous ne pouvons pas reproduire exactement un vêtement fait à la main. Mais si nous ne le pouvons pas, nous essayons de proposer une autre option qui fonctionnera. Si des problèmes surviennent, ils se produisent généralement au début, nous avons donc le temps de trouver une solution.


Mesures et objectifs en matière de durabilité

Recyclage et réduction

Debora : Pereira is hoping to install solar panels in the future; Replica has solar panels and sells any surplus energy back to the electric company. They have recycling for paper, glass, plastic, but also for fabric waste. And at the end of a season Baserange will ask, what colors do we have left and I’ll say, oh you have this in velour or bamboo and so they’ll do a set with just those leftover colors. Once we did bras with a cup in one color, a cup in another color, and the elastic in a third color. I think more and more, clients are thinking like this.

Baserange est passé du plastique au papier cristal pour l'emballage. J'ai des clients qui font des chaussettes ou d'autres petits articles, et au lieu de mettre une paire par sac, nous insistons pour qu'il y en ait au moins dix par sac. Il n'y a toujours pas de camions électriques ici, mais au moins nous faisons de notre mieux pour consolider plusieurs livraisons en une seule charge, ce qui revient à faire une seule livraison.

Offre et demande

Debora :  Nous essayons toujours de présenter de nouveaux tissus. Le chanvre que nous avons est une fibre séchée qui a tendance à raidir, donc elle ne reste pas aussi souple, pas aussi ouverte. Nous avons une solution ici, mais pour le moment c'est encore un peu cher, donc beaucoup de mes clients disent "essayons cela pour les saisons futures, quand cela correspondra plus à mon tarif cible. 

Maria : Souvent, c'est le client qui nous apporte quelque chose de nouveau et nous demande de trouver un certain matériau, puis les usines le recherchent et rendent son accès possible. Nous avons développé un sac en polyéthylène biodégradable, et au début c'était cher. Cela coûte toujours plus cher qu'un sac en plastique normal, mais maintenant que de plus en plus de marques l'utilisent, le coût devient de moins en moins élevé. Il en a été de même avec le coton biologique. C'est un peu comme quand vous achetez un nouvel iPhone. À mesure que plus de gens le remarquent et le demande, les prix baissent.


Abílio

Debora


Maria

Susana



Fiche d'information sur la France


• Gérée par une famille et établie en 1949.

• Peut fournir des certificats GOTs, OCS, Oeko-Tex, Sedex et BCI.

• Utilise un processus de teinture naturelle grâce à des pigments d'origine végétale.

• Collecte et utilise l'eau de pluie du toit de l'usine dans le processus de teinture.

• Réduit l'utilisation de l'eau souterraine.

• Utilise des encres à base d'eau pour l'impression.

• Favorise les fibres cultivées dans un sol sain afin de réduire l'utilisation de pesticides.

• Élabore son propre manuel de normes éthiques.

Utilisation des fibres
Coton biologique (Brésil), modal (Belgique), soie (Chine) et laine mérinos (Australie).



Usine ; France

 

De la garde des chèvres
à la gestion d'une entreprise

Notre filature est près des Pyrénées, mais tout a commencé au Texas, en réalité. Au début des années 1980, j'étais une jeune ingénieure en agriculture. J'avais grandi dans des fermes, mais je voulais être capable d'explorer d'autres choses que je ne connaissais pas encore, comme les textiles. Je me suis intéressée à la laine mohair et à l'époque le Texas était l'un des meilleurs endroits pour la produire. Ainsi, en 1982, je suis allée au Texas avec mon mari, et j'ai acheté mes premières chèvres là-bas. Les chèvres sont arrivées en France six mois plus tard car elles devaient passer par le Canada, un long voyage. En 1983, j'ai commencé à élever les chèvres et à produire ma laine mohair avec les industries de la région. Tout mon troupeau provient maintenant de cette première importation.

J'ai commencé à tout apprendre sur les textiles, de l'élevage des chèvres à la teinture, au filage de la laine, tout. Après quelques années, j'ai entendu parler d'une usine de chaussettes locale qui fermait parce que le propriétaire ne pouvait plus payer les factures. Il avait licencié presque tous ses travailleurs, environ vingt d'entre eux ; les machines avaient été vendues à la Turquie. J'étais convaincue que cette usine ne devrait pas disparaître, alors j'ai décidé de faire une offre. C'était vers 2007. Soudain, je n'étais plus une agricultrice et une éleveuse. J'étais à la tête d'une entreprise textile.

 

Myriam Joly, fondatrice et propriétaire


La possibilité de choisir ses clients

Peu de temps après le krach boursier, la demande pour le "Made in France" a augmenté, augmenté, augmenté. Les gens entendaient parler de nous et nous cherchaient, cela signifiait que nous pouvions choisir avec qui nous voulions travailler. Nous devons avoir de l'argent, bien sûr, c'est ce qui "huile le moteur", mais cela ne suffit pas. Nous voulions partager quelque chose de profond avec les personnes avec lesquelles nous travaillions. C'était important. Et quand nous avons rencontré Marie et Blandine, vers 2014, c'était — tout de suite ! — le début d'un très bon business ensemble. J'aimais beaucoup les matériaux qu'elles utilisaient, la manière dont elles travaillaient pour maintenir une mode engagée socialement et écologiquement.

D'abord, nous leur avons fait des chaussettes, puis des pulls. Nous utilisons une machine à tricoter intégrale pour les vêtements en laine, ce qui signifie qu'il n'y a pas de gaspillage. Nous avons la technologie pour cela, mais vous ne pouvez pas forcer la machine à obtenir des coupes trop précises avec la laine. Les designs que Baserange fait sont adaptés à cette technologie — parce que vous n'avez pas de couture, c'est très confortable. Le confort est plus important que la précision de la mesure. Et Marie et Blandine étaient ouvertes à cela.

La filature est à 70 % pour Missegle — nous vendons uniquement sur commande, par correspondance et sur internet — et à 30 % pour d'autres clients, comme Baserange. Nous avons construit notre entreprise lentement. Nous utilisons parfois de la laine mohair, du yak, un peu de cachemire, un peu de soie, de la laine, des matériaux mélangés pour les chaussettes. Notre matière fondamentale est toujours la laine mohair, mais pour les pulls, nous utilisons de la laine mérinos — 95 % de laine recyclée. À dix kilomètres d'ici, il y a une filature où nous nous procurons du fil et de la laine recyclés. Je fabrique mon propre fil d'alpaga.

Action durable

Nous traversons une période cruciale pour la Terre, d'ici aux vingt prochaines années. Je pense que nous devons déployer des efforts qui vont au-delà de nos efforts habituels. Nous demander comment être plus efficaces sur le plan environnemental. Au moulin, 80 % de notre électricité provient de l'énergie solaire. Tous nos édifices sont construits en bois récupéré dans la campagne. Nous nous efforçons de réduire notre utilisation du plastique. Si le tricot ne donne pas les résultats escomptés, nous défaisons le travail et réutilisons le matériau.

Un autre défi auquel nous devons faire face est de maintenir cette dynamique, d'attirer davantage de jeunes vers la production manufacturière. Tout le monde parle de réindustrialisation mais cela reste un vain mot si les machines ne sont pas exploitées par les personnes. Mes deux fils ont d'abord travaillé ailleurs avant de revenir dans l'entreprise, et de montrer un vif intérêt pour leurs missions.

L'aspect humain revêt une grande importance à mes yeux. Je pense que la vie est courte alors que la vie professionnelle est très longue. C'est pourquoi je veux offrir aux personnes qui travaillent avec moi les meilleures conditions possibles. La première étape consiste à les rendre fiers et conscients de leur impact sur la société, de leur contribution. Nous comptons environ quarante travailleurs. Chacun occupe une place cruciale au sein du moulin, et demeure également une personne importante au sein de la société. Voilà mon credo.

Concrètement, cela se traduit par une grande attention pour eux de ma part. J'essaie d'aider chacun à donner le meilleur de lui-même dans son travail. Nous pratiquons la participation aux bénéfices, avec 20 % reversés aux travailleurs. Nous organisons également des activités communes, comme des séances d'exercices au moulin deux fois par semaine. Lorsque Blandine, Marie ou un autre client vient nous rendre visite, les travailleurs éprouvent beaucoup de fierté à leur présenter leurs réalisations. C'est ainsi que devrait se dérouler le travail, en quittant les lieux avec la certitude d'avoir contribué à quelque chose de significatif.

Prochaine étape

La laine de yak est un matériau que j'apprécie depuis longtemps et que je mélange avec du mohair depuis de nombreuses années. Nous envisageons d'utiliser de la laine de yak, car elle c'est une fibre plus résistante. Il y a quatre ans, nous nous sommes rendus en Mongolie pour rencontrer directement les éleveurs. À chaque visite chez des personnes proches de la nature, je remarque leur profonde sérénité et leur simplicité. C'était intéressant de les observer prendre soin des animaux et peigner la laine de yak. Nous avons l'intention d'utiliser cette laine pour la confection de chaussettes par exemple, en raison de cette grande résistance. Lorsqu'ils pourront nous rendre visite en France, je souhaite qu'ils découvrent notre manière de travailler avec l'éleveur de mohair, de choisir la laine et de l'utiliser. Peut-être certains éléments pourront être adaptés à leur propre production.

Nous réfléchissons également à la possibilité de réaliser quelque chose de significatif avec les bergers de yaks, non pas pour les assister, car ils n'ont pas besoin d'aide, mais pour contribuer à soutenir un mode de vie pastoral qui incitera leurs enfants à perpétuer la tradition nomade. Il est crucial que chacun puisse mener une vie épanouissante dans une démarche professionnelle.

 


Elisa

Myriam


Ludivine

Jacques


Réseau de production


Teintures naturelles ; Introduction


Nous investissons du temps dans le processus de teinture naturelle car nous le considérons comme un moyen de nous connecter avec l'environnement et les personnes qui fabriquent nos vêtements. La teinture naturelle élimine l'utilisation de produits chimiques et a un impact plus sain sur les personnes qui les portent, celles qui travaillent avec ces teintures, ainsi que sur la terre, l'air et l'eau. Elle offre également des opportunités d'emploi aux populations rurales.

 

Teintures naturelles ; Sources


Natural dyes are a non-toxic way to achieve color from either plants, animals or minerals. Herbs, fruits, insects, clay and mushrooms are good sources of dye. In plant dyes, roots, stems, stalks, foliage, barks, berries and seeds can all be used for dyeing. We use perennial herbs and plants such as woad and madder, trees like chestnut and logwood, the myrobalan fruit as well as the lac insect to dye our fabrics.


Source de pigment ; Guède


Le pastel (Isatis tinctoria) est une herbe vivace. L'indigo est le composant principal de la teinture du pastel. Le pastel possède une longue racine, le rendant presque indestructible. La teinture sort du bain avec une couleur jaune-vert jusqu'à ce que l'oxydation la transforme en bleu.

Lorsque les conditions sont favorables, les feuilles de guède commencent à fermenter, excrétant du pigment dans l'eau. C'était la teinture bleue qui régnait en Europe jusqu'à l'arrivée de l'indigo au milieu du XVIe siècle. La plante a des propriétés curatives.



Source de pigments ; Kareel


La teinture de kareel (Terminalia chebula) provient du fruit de myrobolan et sert de mordant naturel pour les textiles. La couleur de la teinture est jaune, l'une des couleurs les plus courantes parmi les teintures naturelles.

En raison de sa forte teneur en tanin, il peut également être utilisé pour créer des teintures vertes et noires lorsqu'il est associé à du fer. Le kareel a des usages médicinaux, notamment des propriétés antimicrobiennes et antibactériennes. Le fruit joue également un rôle important dans la médecine ayurvédique.



Source de pigments ; Rubia


Également connue sous le nom de garance, la rubia est une plante vivace. La teinture de rubia provient de la racine de la plante. C'est une plante à fleurs de la famille du café Rubiaceae. La couleur de la teinture est rouge, rose ou orange selon le prétraitement. La racine est frottée, séchée au soleil et bouillie dans l'eau pour extraire la teinture en solution. 

la teinture en solution. Le colorant est un mordant naturel. Le rubis a un effet médicinal, notamment des propriétés antimicrobiennes et antibactériennes. Il peut être utilisé pour guérir les blessures ou être bu sous forme de thé. Le rubis est utilisé comme colorant depuis des milliers d'années.



Source de pigments ; Nimbus


Le Nimbus (Kerria Lacca), également connu sous le nom de teinture de lac, est fabriqué à partir du bâton de résine de l'insecte lac. Cet insecte est un ravageur de nombreuses plantes. La résine est utilisée dans les aCitron Vertnts comme cire pour prolonger la durée de conservation, dans les produits pharmaceutiques et cosmétiques ainsi que dans les teintures textiles .

Le bâton de résine contient un colorant soluble dans l'eau qui produit une teinte rouge ou violette après la teinture. Le colorant est un mordant naturel. Les textiles teints avec Nimbus ont des propriétés antimicrobiennes.



Source de pigment ; noix de galle


Les noix de galle (quercus infectoria) se forment lorsque les chênes excrètent une substance riche en tanin. Elles sont utilisées comme colorant et comme mordant naturel. Les noix de galle produisent des nuances de beige.

Combinée au fer, la couleur passe au gris et au noir. Le colorant améliore la résistance à la lumière. Les noix sont également utilisées à des fins médicinales et ont servi à fabriquer de l'encre.



Source de pigment ; Hématite


L'hématite, également connue sous le nom de pierre de sang, est un minéral d'oxyde de fer que l'on trouve dans les sols et qui crée des nuances de rouge. Le pigment rouge qu'elle crée était l'une des plus anciennes sources de teinture utilisée pour la fabrication de vêtements.

l'écriture et la teinture. Aujourd'hui, il est utilisé pour créer des pierres précieuses pour la joaillerie, dans les équipements médicaux et dans l'industrie du transport maritime.  



Source de pigment ; Marron


Les châtaigniers (Castanea sativa) sont utilisés comme source de teinture naturelle dans le monde entier, car ils poussent dans des régions variées.

Elles constituent une bonne source de tanins. La teinture obtenue est d'un ton brun chaud mais peut également être utilisée pour le noir lorsqu'elle est utilisée avec du fer.



Source de pigments ; Cutch


L'arbre de cutch (Acacia catechu) crée des nuances légères et résistantes de brun. Il est une source de tanin. Tout d'abord, une poudre est créée en plongeant le bois dans de l'eau chaude, le sirop obtenu est ensuite séché et transformé en poudre.

L'extrait de bois est également utilisé en médecine traditionnelle, dans la fabrication de savon et dans le traitement de l'eczéma. Les textiles teints avec du cutch ont des propriétés antibactériennes, antimicrobiennes et astringentes.



Source de pigment ; bois rond


Le bois de rose (Haematoxylum campechianum) est une source de teinture naturelle largement utilisée depuis le XVIe siècle. Combiné au fer, il permet d'obtenir des nuances de violet et de bleu ainsi que de gris et de noir.

Il s'agit d'une teinture qui présente une bonne solidité au lavage et à la lumière, améliorée par le fer. Lors de la teinture, les copeaux de bois sont immergés dans la cuve de teinture avec le tissu. Le bois rond est également utilisé à des fins médicinales.



Source de pigment ; Acacia


L'arbre d'acacia (Acacia mearnsii), également connu sous le nom de mimosa noir, est un arbre à feuilles persistantes, à croissance rapide et riche en tanins. Il est utilisé à la fois comme teinture et comme mordant.

Le colorant se dissout facilement dans l'eau. Les couleurs obtenues sont des nuances de brun, de gris et de noir lorsqu'elles sont combinées au fer.



Source de pigments ; mûre


Les feuilles de mûrier (morus alba) sont utilisées pour extraire la chlorophylle pour la teinture. Les mûriers ont une croissance rapide et poussent dans la région méditerranéenne et en Asie.

Les teintures obtenues sont des nuances atténuées de jaune et de vert. Les feuilles de mûrier sont principalement cultivées pour nourrir les vers à soie. Les feuilles sont également utilisées pour le thé et les fruits sont consommés.



Source de pigment ; basalte


Le basalte est une pierre volcanique qui produit des nuances de noir et de gris résistantes à la lumière. C'est le type de roche le plus répandu à la surface de la terre. Riche en magnésium et en fer, il est formé de

lave solidifiée. La pierre est souvent concassée pour être utilisée dans la construction, en raison de sa durabilité et de sa résistance. Nous utilisons du basalte extrait de carrières en Italie, en France et à Chypre.rance et de Chypre. 




Teintures naturelles ; Procédé


Comparé à la teinture conventionnelle, la teinture naturelle nécessite moins de chaleur et ne produit pas de sous-produits indésirables. Le processus de teinture naturelle comprend le séchage, l'oxydation, la fermentation et l'ébullition. La teinture est extraite avec de l'eau. La nature du processus est basée sur l'essai et l'erreur. Nous apprenons constamment à nous assurer que les vêtements ne rétrécissent pas trop lors du lavage et à créer de nouvelles couleurs avec les teintures. Cela nous pousse à nous remettre en question et à envisager des possibilités variées avec nos fibres et nos couleurs. Comme la teinture naturelle est un processus intense en terme de main-d'œuvre, impliquant un fort facteur humain, et que la capacité à adapter ces processus est assez lente, l'incorporation de plus de teintures naturelles dans nos processus est également lente. De la récolte des plantes à l'extraction de la teinture et enfin à la teinture du tissu, les vêtements teints naturellement passent entre plusieurs mains humaines. Les teintures naturelles nous permettent de ralentir, car le processus lui-même est lent.


Teintures naturelles ; Agriculture


La culture de plantes tinctoriales peut contribuer à la conservation des terres et de la biodiversité si elle est faite avec des plantes indigènes. Parfois, les teintures proviennent également des sous-produits de l'agriculture et les sous-produits de la teinture sont réutilisés, soutenant une approche zéro déchet. Les feuilles des mûriers, qui sont utilisées pour nourrir les vers à soie et pour le jus de mûrier, sont aussi utilisées comme source de teinture naturelle. C'est une partie de l'arbre qui autrement ne serait pas utilisée. L'écorce de grenade et la boue de laque sont d'autres sources de teinture naturelle qui ne seraient pas utilisées autrement. Après la production de la teinture, la matière organique est utilisée comme combustible ou comme engrais par les populations rurales.

Teintures naturelles ; uniformité de la teinture


Les tons et l'uniformité peuvent varier, car les teintures naturelles sont influencées par la météo de la saison, les conditions du sol et les conditions du processus de teinture telles que le pH et la dureté de l'eau. En raison de la structure des fibres, les teintures naturelles n'adhèrent pas toujours de manière uniforme. Cela est principalement influencé par la densité du tissage et le dégraissage. La longévité de la couleur peut être assurée en choisissant des plantes riches en tanins résistants à la décoloration. Avec les teintures naturelles, nous devons accepter qu'elles changent avec le temps, comme toutes les choses naturelles. Les couleurs peuvent s'estomper et des irrégularités peuvent survenir. Cela fait partie de leur charme naturel.


Teintures naturelles ; Entretien


Les vêtements teints naturellement sont sensibles à l'exposition au soleil et aux méthodes de lavage. Pour assurer la stabilité des couleurs, ne pas sécher les vêtements ni les ranger au contact direct du soleil. Laver avec un détergent au pH neutre et à l'eau froide. Les teintures naturelles sont sensibles aux niveaux de pH, donc l'utilisation d'un détergent agressif peut affecter la couleur. Sécher à l'air libre.



Teintures ; bleu Isatis


Notre collection Printemps 2023 présente des pièces teintes naturellement, utilisant la plante tinctoriale Isatis, également connue sous le nom de pastel. Le pastel (Isatis tinctoria) est une plante vivace de la famille des brocolis que nous avons découverte près de l'une de nos usines à Toulouse. En fait, Toulouse était autrefois connue comme le centre du commerce du pastel, et de son utilisation dans l'industrie textile. C'était la teinture bleue dominante en Europe jusqu'à l'arrivée de l'indigo au milieu du XVIe siècle. Cet héritage est encore visible aujourd'hui sur les volets bleus de Toulouse.

Ces pièces sont teintes à la main dans un petit atelier à Toulouse qui utilise des techniques ancestrales. Ces techniques, et notamment les recettes d'extraction de pigments, proviennent de livres anciens. Lorsque l'atelier a ouvert, les graines de pastel provenaient d'un conservatoire datant de Napoléon, qui utilisait le pastel pour teindre les uniformes. L'atelier s'est ensuite associé à des agriculteurs locaux pour planter le pastel dédié aux teintures. Travailler avec les bactéries dans le processus de teinture est imprévisible ; parfois, cela ne fonctionne pas en raison des propriétés du tissu ou du temps. Cela nécessite de prendre soin du bain de teinture et d'avoir une bonne connaissance des propriétés des différents tissus.

Le pastel a une longue racine, le rendant presque indestructible. L'un des composants principaux de la plante est l'indigo, la teinture est d'ailleurs souvent mélangée à l'indigo pour obtenir des teintes plus foncées. Dans des conditions optimales, les feuilles de pastel commencent à fermenter, excrétant des pigments dans l'eau. Le tissu est ensuite plongé dans le bain de teinture. Lorsque le tissu sort du bain de teinture, il est jaune-vert jusqu'à ce que l'oxydation le transforme en bleu pastel en quelques minutes. La plante médicinale est également connue pour avoir un effet anti-inflammatoire ainsi que des propriétés cicatrisantes pour la peau.


Teintures synthétiques ; Introduction


Nous utilisons des teintures synthétiques car elles sont facilement disponibles, plus faciles à produire dans n'importe quelle couleur et donnent des couleurs fiables et résistantes.


Teintures synthétiques : le processus

Les tissus que nous utilisons, teints de manière synthétique, sont principalement réalisés par teinture réactive, fréquemment employée pour les fibres de cellulose. Elle est reconnue comme la technique de teinture offrant la meilleure stabilité des couleurs pour le coton. Cette technique, également appelée teinture à faible impact, garantit que les molécules de teinture forment une liaison covalente avec la fibre, de sorte que la couleur ne sera pas altérée par le lavage ou la lumière du soleil, et ne sera pas affectée par les changements de pH. La teinture ne contient pas de métaux lourds, et le processus ne nécessite pas de mordant. La teinture est réalisée à seulement 30 °C, en comparaison avec les 100 °C nécessaires aux autres processus de teinture synthétique, et utilise moins d'eau et de sel. Les teintures réactives sont également bénéfiques pour le porteur, car la teinture n'est pas absorbée par la peau. Les polluants associés à la teinture réactive comprennent la couleur, le sel, l'alcali et les agents de savonnage. La teinture par jet est utilisée en Turquie pour réduire l'empreinte carbone. Ces machines utilisent une pression élevée qui teint le tissu de manière plus efficace.


Teintures synthétiques ; eau

Toutes nos teintureries disposent d'un traitement des eaux usées interne, après quoi l'eau est utilisée dans l'agriculture locale ou envoyée à la ville pour être utilisée. L'eau est traitée pour contrôler la présence de métaux et son pH. L'eau de pluie est collectée pour être utilisée dans le processus de teinture en Turquie. Nous travaillons avec des fils teints de manière à réutiliser l'eau pendant la fabrication, et la teinture réactive permet ce type de recyclage de l'eau.


Teintures synthétiques ; Certifications

Tous nos tissus respectent la norme rigoureuse REACH et détiennent la certification Oeko-Tex standard 100, garantissant que le tissu ne contient pas de substances résiduelles nocives. Oeko-Tex couvre également la liste des produits chimiques restreints (MRSL) de la ZDHC, assurant une réduction de l'empreinte chimique et l'absence de produits chimiques dangereux. Les tissus teints en Turquie possèdent aussi les certifications GOTS et OCS pour les étapes de teinture et d'impression.


Colorants synthétiques ; effets nocifs

La teinture est un processus chimique intensif qui a un impact important sur l'environnement, c'est pourquoi nous essayons d'être attentifs à ce processus. L'utilisation de produits chimiques dans les procédés de teinture conventionnels présente un risque pour les personnes qui travaillent avec les colorants et pour l'environnement, en raison des substances cancérigènes et allergènes qu'ils contiennent. Le processus de teinture est celui qui consomme le plus d'eau, d'énergie et de produits chimiques parmi les processus de production. Le mordant qui fixe le colorant sur la fibre peut notamment être toxique.



Non teinté


Les tissus non teintés sont une constante dans nos collections, qu'il s'agisse des pièces de base ou des pièces saisonnières.

D'un point de vue environnemental, les tissus non-teints ont le plus faible impact, car la teinture est l'un des processus les plus toxiques de la production de vêtements. Cela nous permet d'éliminer l'utilisation de l'eau, la contamination ainsi que l'utilisation de produits chimiques. En utilisant des tissus non-teints, nous réduisons également la consommation d'énergie.

Les fibres naturelles telles que le coton, le chanvre et la soie sauvage proviennent d'êtres vivants et possèdent naturellement leurs propres nuances. Travailler avec des fibres non-teintes nous permet d'apprécier la profondeur et l'unicité des teintes et textures naturelles. Les nuances des tissus non-teints varient du blanc cassé au crème, nous devrions apprécier et prendre en compte cette diversité.



À propos des certifications

 

Baserange s'engage à s'instruire constamment à propos des matériaux durables et non-toxiques. Nous utilisons des certifications reconnues comme outil pour comprendre les processus de production. Elles font partie intégrante de notre réflexion pour nous connecter à l'environnement et les uns avec les autres, mais elles ne peuvent pas remplacer le temps et les liens. Ci-dessous les certifications avec lesquelles nous travaillons.

GOTS

La certification GOTS est basée sur l'approbation de l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement textile, y compris le filage, le tissage, le traitement humide, la fabrication et l'emballage. Cela inclut l'examen des colorants utilisés, de la consommation d'eau, des systèmes de traitement des eaux usées et des restrictions sur certains produits chimiques. La certification prend également en compte des critères sociaux et préserve les droits des travailleurs en assurant le paiement d'un salaire décent, en interdisant le travail forcé ou celui des enfants, ainsi que la discrimination et le harcèlement.

Oeko-tex
standard 100

Oeko-tex certifie la production écologique et socialement responsable de textiles à toutes les étapes du processus de production. L'organisme de certification suit de nombreuses normes. Nous utilisons STANDARD 100, qui vise à éliminer les substances chimiques nocives tout au long de la production d'un vêtement, des textiles aux boutons. L'objectif est de rendre le produit certifié écologiquement inoffensif.

GRS

Le certificat GRS est développé en 2008 pour garantir l'étiquetage correct des matériaux recyclés. Réglemente davantage l'utilisation des produits chimiques et les conditions de travail dans les phases de filature, de tissage, de teinture, d'impression et de couture de la production. Les audits sont effectués par des organisations tierces.

FSC

Le FSC, créé en 1993, certifie que la cellulose provient de forêts gérées de manière responsable. Il s'efforce de prévenir la déforestation, de préserver la biodiversité et de protéger les droits des populations autochtones. La certification vise à préserver les forêts anciennes et se concentre sur la conservation et la restauration des forêts.

PEFC

Le PEFC se concentre sur la certification par une tierce partie indépendante du bois européen et sud-américain. La certification évalue les parcelles de bois et la transformation du bois. Le PEFC travaille avec les systèmes de certification forestière de différents pays afin de s'assurer que les exigences sont adaptées à leurs écosystèmes forestiers spécifiques.

OCS 100

OCS, publié pour la première fois en 2018, vérifie la présence de 95 à 100 % de matières organiques. Elle le fait de la fibre au vêtement fini par le biais d'inspections tierces indépendantes afin de s'assurer que l'étiquetage du produit est correct. La certification couvre la transformation, la fabrication, l'emballage et la distribution. Les installations certifiées comprennent l'égrenage, la filature, le tissage et la teinture.

Terre Textile®

Cette certification garantit qu'au moins 75 % d'un produit est fabriqué en France, de la filature au produit fini. L'objectif est de préserver le savoir-faire de l'industrie textile française, de développer des partenariats de production, d'accroître la traçabilité et de minimiser les impacts environnementaux. Les usines sont auditées par un organisme indépendant.

REACH

REACH est un règlement auquel toutes les entreprises et tous les sites de production basés dans l'UE doivent se conformer. Il réglemente l'utilisation des substances chimiques afin de protéger la santé humaine et l'environnement. Le règlement exige des entreprises qu'elles identifient les risques liés aux produits chimiques, qu'elles gèrent ces risques et qu'elles les communiquent à l'utilisateur. Tous nos tissus sont conformes à la norme REACH.

GOTS OEKO-TEX GRS FSC PEFC OCS 100 Terre Textile REACH

Bambou

  -

  -

  -

  -

Modal

  -

  -

  -

  -

Lin (tissé)

  -

  -

  -

Lin (Maillesé)

  -

  -

Soie (tissée)

  -

  -

Soie (Mailles)

  -

  -

Cachemire

  -

  -

Mérinos

  -

  -

Laine recyclée

  -

  -

  -

Polyamide recyclé (Econyl)

  -

  -

  -

Coton

  -

  -

Coton biologique (jersey)

  -

  -

  -

Coton biologique (tissé)

  -

  -

  -

  -

Coton biologique (Maillesé)

  -

  -

  -

Les limites des certifications

Les certifications sont coûteuses à entretenir pour les petites filatures et ne sont pas toujours fiables. Il existe une période de transition de trois ans pendant laquelle les agriculteurs ne peuvent pas certifier leur coton comme étant biologique, car le sol se débarrasse encore des toxines. Nous constatons également que les pratiques durables sont souvent mises en œuvre de manière intuitive par les usines patrimoniales et les agriculteurs générationnels avec des méthodes traditionnelles.

Avec les fibres recyclées comme la laine et le coton, nous mélangeons souvent nos fibres recyclées avec des fibres ordinaires non certifiées en raison de la longueur des fibres.

Les contraintes de temps et de distance ne nous permettent pas toujours de faire les meilleurs choix possibles. Il est essentiel qu'au lieu de se contenter de regarder les certifications, nous ayons des conversations et rendions visite aux personnes qui travaillent avec les fibres.


Les personnes auprès desquelles nous apprenons


La première usine avec laquelle nous avons travaillé nous a vraiment fait réfléchir à ce que signifie la notion de "durable". Ils nous disaient, "c'est bien que vous obteniez ces certifications, mais qu'en est-il de tous ces autres sujets ?" Ils nous ont montré leurs techniques et processus - le nettoyage et la réutilisation de l'eau, la découpe du tissu pour en limiter sa consommation. Les débuts d'un dialogue constant.

 

Marie-Louise Mogensen


Régine

Travailleurs en Turquie


L'usine en Turquie


Mehmet

Babeth

Maria


Murat


Babeth & Marie

Yıldız


Fatima, Porto


Ana

Sezer